Bienvenue sur Xbox360France.com, venez vite nous rejoindre et vivre l'actualité Xbox 360 : S'inscrire
 
 
Edition du 18 décembre 2014, 13:30   27 personne(s) en ligne et 7727 inscrits
Accueil > Articles > Tests > Need for Speed Most Wanted

Need for Speed Most Wanted
Publié par SHADOWMARIO le mardi 01 janvier 2013 à 16:07

Ces derniers temps, la série Need for Speed a une fâcheuse tendance à jouer au yoyo en ce qui concerne la qualité générale des différents titres. En effet, pour mémoire, ces trois dernières années nous avons eu le droit à un moyen NFS Undercover suivi d’un excellent Hot Pursuit et enfin l’année dernière à un NFS The Run qui bien que présentant une multitude de qualités, fut irrémédiablement critiqué à cause de la durée de vie scandaleuse du mode solo. Aujourd’hui, histoire de revenir un peu sur les origines de la licence, quoi de mieux que de proposer un reboot de l’épisode Most Wanted sorti en 2005 et de le mettre au goût du jour ? Alors, le reboot, une recette gagnante ?




Une série en perte de vitesse ?


Il est vrai que de plus en plus de joueurs ont tendance à dire (exception faite de l’excellent Hot Pursuit) que Need for Speed, c’était mieux avant. Et bien, si l’on prend ces paroles pour argent comptant, cela devrait se traduire par des ventes en baisse au fil des épisodes. Et bien c’est ce que nous allons analyser avant de passer aux choses sérieuses. Bien entendu, je ne vais pas remonter jusqu’aux années 90. Non, je vais prendre comme point de départ Need for Speed Most Wanted premier du nom qui est sorti quasiment en même temps que la Xbox 360. De plus, je ne comptabiliserais que les épisodes sortis sur consoles HD et je vais laisser de côté les épisodes Shift qui sont à placer dans la catégorie simulation et non arcade.

Alors, commençons donc avec l’épisode Most Wanted, apparu en décembre 2005 et ce seulement sur Xbox 360. Il comptabilise un total de 1.14 millions de jeux vendus à travers le monde. L’année suivante en novembre 2006, sort NFS Carbon mais cette fois, sur Xbox 360 et PS3. Au total, ce sont 2.64 millions de jeux qui ont trouvé preneur avec un net avantage pour la version Xbox 360 qui s’est vendue à 1.58 millions d’exemplaires. Novembre 2007 accueille l’épisode Pro Street, sévèrement critiqué dans la presse de part ses défauts de répétitivité, de gameplay rigide et de graphismes plutôt moyens pour l’époque. Et pourtant, malgré cela le jeu explose les compteurs avec pratiquement 4 millions d’unités écoulées. Pour le coup, aucune des deux consoles HD n’a l’avantage, les ventes s’établissant à 2 millions d’exemplaires sur chaque console.

On continue d’avancer dans les années et nous voilà en novembre 2008 avec l’épisode Undercover. Et là encore on se retrouve avec un titre très moyen qui accuse une nouvelle fois de grosses lacunes dans plusieurs domaines. Côté chiffres, nous sommes une nouvelle fois en plein paradoxe puisque l’on frôle les 3.5 millions d’unités vendues. Mais pour la première fois c’est la version PS3 qui tire son épingle du jeu avec un score de 1.9 millions de d’unités écoulées. Soit 400 000 de plus que sa rivale.Voilà pour ce qui est de cette période où Electronic Arts a comme qui dirait eu du mal à trouver un juste équilibre à sa licence.

Maintenant je vous propose de passer à la seconde période avec pour commencer, l’épisode qui a remis la série sur le droit chemin : Need for Speed Hot Pursuit. Sorti en novembre 2010 (et oui déjà), cet opus est un vrai retour aux sources qui a ravi énormément de fans de la licence. Et cela ce confirme d’un point de vue statistiques puisqu’au total le jeu s’est écoulé à 4 260 000 exemplaires en cumulant bien sûr les ventes des deux consoles HD. Encore une fois, la version PS3 est privilégiée et représente les 2/3 des unités vendues. Enfin, en novembre 2011 alors que tout le monde pensait que le géant Electronic Arts allait récupérer tous les ingrédients de Hot Pursuit pour les réintégrer dans son nouveau titre, nous voilà catapultés dans un nouveau concept de jeu.

Dans The Run, terminé le monde ouvert et place à une course poursuite extrêmement linéaire avec certes un scénario bien travaillé mais qui au final se révèle linéaire et surtout beaucoup trop court. En effet, seulement trois petites heures permettent de voir le bout du mode solo. Heureusement que le mode multijoueur était de qualité sinon, le jeu aurait été élevé au rang de scandale. Bref, au niveau des ventes c’est bien évidemment la dégringolade, même si au final, on peut dire qu’il s’en sort tout de même bien. En effet, ce sont pratiquement 3 millions d’exemplaires qui ont trouvé preneur avec encore une fois un net avantage pour la version PS3 qui écoule à elle seule 1.77 millions de jeux.

Au final, si on est bien attentif, les dernières années montrent que les versions Playstation 3 se vendent bien plus que les versions Xbox 360. Cela pourrait-il se traduire par un manque de jeux de voitures sur cette dernière ? Car il est vrai que, les joueurs Xbox 360 eux ont le droit tous les deux ans (et maintenant tous les ans) à un nouvel épisode venant de la licence Forza Motorsport… Bref, comme je le disais un peu plus haut, nous voilà bien avec des titres qui oscillent entre le bon et le moins bon. Mais cela n’empêche pas à la franchise de bien se vendre. Et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle est toujours parmi nous aujourd’hui. Voilà en ce qui concerne les chiffres et place maintenant au test.

« Il est vrai que de plus en plus de joueurs ont tendance à dire que Need for Speed, c’était mieux avant »




Un pilote dans la ville !


Vous l’avez bien compris, le studio qui s’est vu attribuer le développement de ce Need for Speed : Most Wanted n’est autre que Criterion qui est un «pro» dans la matière. En effet, le studio a un joli historique avec à son actif des titres comme Burnout Paradise et Need for Speed Hot Pursuit ; bref, deux productions qui ont su faire parler d’eux dans l’histoire du jeu vidéo. Maintenant c’est à travers ce « reboot » de Most Wanted que le studio va tenter d’exprimer tout son talent. Alors, il n’est (je pense) pas trop la peine de s’attarder sur le scénario qui tient sur un timbre poste. En effet, le but est de défier les dix plus grands pilotes de la ville et de repartir avec leurs bolides après les avoir battus un par un. Mais attention, qui dit meilleur pilote, dit aussi chauffard le plus recherché de la ville… Voilà en long et en large ce qui vous attend.

Mais attention, en aucun cas vous ne pourrez enchaîner les courses avec ces fous du volant car avant de pouvoir vous mesurer à eux, il va falloir faire des courses intermédiaires pour gagner des points de récompenses. Ces derniers vous sont accordés lorsque vous terminez une épreuve dans les trois premières places mais aussi lorsque vous réaliserez d’autres actions dans la ville comme découvrir les panneaux, radars et barrières cachées un peu partout dans la ville mais aussi en réalisant des courses poursuites avec la police. Sinon, il y a une dernière possibilité de récupérer des points d’XP en remportant des évènements liés à la façon de conduire ou encore liés à chaque voiture en réalisant des actions spécifiques comme rouler un certain nombre de kilomètres ou encore drifter sur une distance demandée…

Pour revenir sur les courses intermédiaires dont je parlais juste avant, elles sont malheureusement assez répétitives et il devient assez ennuyeux à la longue d’y participer. En effet, les seuls thèmes que l’on retrouve sont : échapper aux agents de l’ordre le plus rapidement possible, participer à une course contre d’autres concurrents et enfin réaliser une moyenne de vitesse sur un certain nombre de kilomètres. On aurait aimé un peu plus de diversité et de nouveautés car ce genre d’épreuves sont aujourd’hui ultra connues. Enfin, pour ce qui est des courses « Most Wanted », il ne s’agit que d’une simple course contre l’IA qui s’avère au passage sévèrement « tchittée ». En effet, exécuter un Takedown sur lui n’aura qu’un effet temporaire car cette dernière reviendra sur vous à vitesse grand V. Même constat en ce qui concerne les erreurs de parcours. Si votre adversaire se trompe de chemin, il se réinitialisera et se retrouvera comme par magie à côté de vous. Au final, en ce qui concerne les modes de jeu, Criterion Games ne prend pas de risques et récupère ce qui se fait de mieux dans ce genre de jeu. Ce qui nous laisse un petit sentiment de déjà vu…

« Maintenant c’est à travers ce « reboot » de Most Wanted que le studio va tenter d’exprimer tout son talent »




22-22, Ou est ce qu’on va ?


Need for Speed : Most Wanted propose de prendre part à la bataille de la vitesse à travers une ville totalement fictive portant le nom de Fairhaven City. Cette dernière présente comme intérêt de proposer un vaste monde ouvert où vous pouvez aller pratiquement partout où bon vous semble. En plus de la ville elle-même, cette dernière est entourée de paysages qui vont de la mer à la montagne en passant par des zones industrielles,... Bref, de quoi proposer de la variété pas comme un certain Forza Horizon qui se contente de courses dans le désert. Par contre, là où le bas blesse c’est sur l’impression de « vide » qui se fait sérieusement ressentir. Car si l’on met de côté les véhicules que l’on croise sur la route, il n y a pas d’autres animations. Pas de trains qui passent, d’avions qui volent ou encore de passants qui trainent sur les trottoirs. Rien de tout cela. Dommage car ces détails auraient pu permettre de rendre le titre plus vivant.

D’un autre côté, on pourra tout de même s’amuser à « exploser » les nombreux éléments destructibles qui risquent de rayer la carrosserie de votre belle monture. Par contre, faite attention, tout n’est pas destructible. Si vous allez trop vite et que vous percutez une autre voiture ou un élément solide, c’est votre bolide qui sera bon à la casse. D’ailleurs on notera que lors de ces accidents, un petit replay se présente pour montrer l’accident. Mais bien que ce système soit bien réalisé, il est loin d’atteindre la qualité de ce que l’on a pu voir dans Burnout Paradise. Un peu comme l’ensemble des graphismes d’ailleurs. Car même si le jeu est loin d’être vilain à regarder, il ne réussit pas à faire mieux que son cousin lointain. La faute notamment à un aliasing omniprésent qui de temps à autre donne des difficultés de vision lors de courses à grandes vitesse. Heureusement que le radar est là pour pallier un peu à ce problème.

D’un point de vue contenu de véhicules, il y en a pour tous les goûts. Enfin presque car encore une fois on se retrouve sans la marque Ferrari. Qui sait, peut être sera-t-elle ajoutée via un futur DLC ? En tout cas, comme d’habitude, beaucoup de marques ont répondu présent comme Audi (avec ses Audi A1 et R8 GT Spyder) ; Ford (avec les Focus RS500, Mustang, GT et Raptor F-150) ou encore Lamborghini (Aventador, Countach et Gallardo)… Par contre, les collectionneurs de voitures seront un peu déçus en apprenant que le jeu ne propose qu’une quarantaine de véhicules différents là où Forza Horizon culmine à pratiquement 140 de base.

« encore une fois, on se retrouve sans la marque Ferrari »




Et un Takedown dans ta face !


Arcade oblige, Need for Speed : Most Wanted ne risque en aucun cas de combler les férus de simulation automobile. Ici, et comme cela a toujours été dans la série, place à l’arcade pure et dure. De quoi satisfaire les joueurs qui ne veulent pas se prendre le « crâne » et surtout qui veulent un peu se défouler et foncer à plus de 200 km/h dans les rues de la ville. Donc, exit les dégâts qui perturbent votre conduite et exit également les risques de tête à queue en roulant comme un damné sur les nombreuses flaques d’eau qui gisent sur certaines routes. La jouabilité a donc très peu évolué depuis les derniers opus et on retrouve les mêmes principes qu’auparavant. Bien entendu, pour les plus réfractaires, il est bien évidemment possible de modifier les commandes de la manette.

Mais de base, on retrouve l'éternel duo d’accélération-freinage avec l’utilisation des deux gâchettes analogiques LT et RT. De leur côté, les boutons RB-LB permettent respectivement de modifier la station de radio parmi trois différentes et de modifier le type de vue qui n’en propose malheureusement que deux : vue capot et vue extérieure. Il est vraiment dommage que les développeurs ne se soient pas attarder sur une vue habitacle qui aurait permis d’augmenter l’aspect immersif du jeu.

Concernant le reste, rien de bien sensationnel avec un X qui est utilisé pour réaliser un frein à main, un B pour klaxonner, un A pour utiliser de la nitro et le Y quant à lui pour changer de véhicule. Mais pour prendre en main un autre bolide, il faut bien évidemment les découvrir car ils sont disséminés un peu partout dans la carte. Une fois découvert, il n’y a plus qu’à s’en rapprocher et presser le bouton Y pour faire l’échange simultanément. Cela aura en plus pour conséquence de la rendre disponible dans un menu qui a l’avantage d’être utilisable à tout instant et qui porte le nom de « EasyDrive ».

D’ailleurs justement, on va s’attarder un petit peu sur ce système EasyDrive qui s’active en appuyant sur la gauche de la croix multidirectionnelle. Ce dernier est comme vous l’avez compris un raccourci qui permet de changer ou de modifier les réglages de son véhicule, de choisir des destinations et de participer à des courses tout en continuant à se balader dans le jeu. On peut même y retrouver le fameux Autolog si cher à la série et qui permet de défier ses amis à distance en réalisant de meilleurs chronos qu’eux. Cela a aussi l’avantage de booster vos points d’expérience facilitant du coup l’avancée dans la carrière.

« un jeu pour les joueurs qui ne veulent pas se prendre le « crâne » et qui veulent se défouler et foncer à plus de 200 km/h dans les rues de la ville »




Toi aussi tu en veux ?


Avant d’en terminer avec ce test, il nous reste à aborder le mode multijoueur. Là aussi il est nécessaire d’avoir un passe en ligne pour pouvoir en profiter. Donc comme on commence à en avoir l’habitude, la personne qui achète le jeu en occasion a de grande chance de devoir débourser 10 euros de plus ce qui au final donne à peu de choses près le prix du jeu neuf. Alors faite bien votre calcul. Bref, une fois votre passe en ligne validé, vous pouvez à partir du mode solo rentrer dans le mode multijoueur en passant par le système EasyDrive. A partir de là, vous pouvez soit créer une partie soit rejoindre une partie. Dans le premier cas, il vous faut bien évidemment inviter vos amis à vous rejoindre pour espérer faire des courses et autres défis. D’ailleurs, on retrouve dans les « speedlist » les mêmes épreuves que le mode solo avec en prime l’ajout d’un mode de jeu « course par équipe ». Histoire de rendre chaque épreuve unique, il est possible de paramétrer personnellement chaque défi : choisir le type d’épreuves, la catégorie de véhicule qui peuvent y participer et le lieu de la course.

Dans le second cas, lorsque vous rejoignez une partie en cours, vous êtes bien évidement confronté à des joueurs que vous ne connaissez pas. Le but ici est de rejoindre des endroits déterminés pour commencer une épreuve au hasard. Ces dernières sont assez sympathiques puisqu’elles ajoutent des défis non visibles dans le mode solo. Alors là aussi on retrouve des courses de rues solo ou en équipe et autres vitesses moyennes à réaliser sur un trajet déterminé ; mais on remarque aussi des défis inédits comme passer le plus rapidement possible devant un radar placé à un point donné, drifter ou infliger un maximum de takedowns sur une zone réduite ou encore une espèce de mode à la capture de zone où il faudra rester le maximum de temps à un endroit précis (sur le toit d’une station service par exemple) sans se faire harponner par les autres joueurs. Et autant vous dire qu’avec les sept autres concurrents, les parties sont assez mouvementées…

Le mode multijoueur est donc très réussi et ressemble énormément à ce que l’on a rencontré dans le passé dans Burnout Paradise avec quelques ajouts supplémentaires. Au final l’ensemble est très réussi et on ne note quasiment aucun problème de latence. Franchement, il serait vraiment dommage de jouer au jeu sans passer par la case multijoueur. Par contre, je tiens à terminer sur un gros point noir dans la mesure où le jeu n’autorise pas de joutes multijoueurs en écran scindé. Car oui encore aujourd’hui tout le monde n’a pas de connexion internet…

« Le mode multijoueur est très réussi et ressemble énormément à ce que l’on a rencontré dans le passé dans Burnout Paradise »




Et Kinect dans tout ça ?


Ben oui, et Kinect dans tout cela. Un peu plus et je passais à côté. Car en effet comme on peut le remarquer sur la jaquette du jeu, ce dernier est compatible avec le périphérique Kinect. Par contre, n’espérez pas l’utiliser pour contrôler votre véhicule. Non, celui-ci est utilisé pour éviter d’ouvrir les sous menus du système EasyDrive ce qui permet de se concentrer sur la route tout en donnant des directives à la console via la commande vocale. Pour exemple, si vous voulez chausser des pneus slick sur votre véhicule, dites «Mod, Pneu, Slick» et le tour est joué. Autre exemple, vous voulez améliorer votre châssis ? Dites simplement « Mod, Châssis, châssis renforcé » et votre voiture se voit modifiée instantanément. Comprenez bien que l’ensemble des indications qui intègrent « l’EasyDrive » sont reconnaissables avec le Kinect. Au final, l’intérêt est certes limité mais il faut avouer que son exploitation est plutôt réussie.





Détails
Jouabilité
Le jeu répond au doigt et à l’œil et convient à tous type de joueurs. On ressent bien la différence de conduite et de puissance entre les différents véhicules et l’on appréciera les replay lors des crashs même s’ils n’atteignent pas le niveau d’un certain Burnout Paradise.
8/10
Graphismes
Bien que le jeu soit loin d’être vilain à regarder, on n’atteint pas ici le niveau d’excellence de Forza Horizon : la faute à un alliasing omniprésent qui a en plus le don de rendre la visibilité assez difficile lors de courses à vitesse élevée. Heureusement que le jeu offre pas mal d’interactions avec l’environnement évitant de peu de rendre les rues assez vides.
7/10
Durée de vie
La campagne solo n’est pas forcément super longue puisqu’une petite dizaine d’heures suffiront à venir à bout de tous vos rivaux. Pour les plus téméraires qui veulent découvrir l’ensemble des éléments cachés, vous pouvez en ajouter cinq de plus. Par contre, c’est du côté du mode multijoueur que vous risquez de passer le plus de temps…
8/10
Le son
On reconnaît bien le son de moteur des différents véhicules que l’on conduit et les bruits de crissements des véhicules sont assez bien retranscrits. Les musiques, quant à elles, sont de qualité et bien adaptées à ce type de jeu grâce à un rythme des plus entraînants. Après, il n’est pas sûr qu’elles soient du goût de tout le monde.
8/10
Xbox Live
Le mode multijoueur en ligne propose plusieurs modes de jeu différents dont certains sont inédits. On ne note en plus que très peu de problèmes de connexion et de lag, ce qui est un réel plaisir dans un jeu qui demande tout de même vitesse et précision.
8/10


Conclusion
On le sait très bien, Need for Speed : Most Wanted est quasiment sorti en même temps que son concurrent direct Forza Horizon. La question que tout le monde se pose est donc de savoir quel jeu choisir entre les deux. Et bien, difficile de répondre car chacun d’eux a ses qualité et ses défauts. Dans tous les cas, si vous ne cherchez pas des graphismes somptueux mais plutôt un titre pour vous défouler, foncer à toute allure dans les rues pour échapper aux forces de l’ordre, revoir au ralenti vos plus gros accidents … Need for Speed Most Wanted est fait pour vous. D’autant plus que le mode multijoueur est de qualité et réserve là aussi une multitude de défis assez bien pensés. Mais l’on ne peut oublier cette phrase tout de même, imaginez un mélange entre Forza Horizon et Most Wanted et vous voilà avec le jeu d’arcade ultime…

7.5/10

 +

+ Les courses poursuites avec les forces de l’ordre
+ La fluidité
+ La licence Porsche
+ Des décors variés
+ bonne impression de vitesse
 -

- Pas de vue habitacle
- L’aliasing omniprésent
- Absence de la licence Ferrari
- Des épreuves pas assez variées
- Pas de notice
- Pas de multi en écran scindé



Commentaires

Vous ne pouvez pas poster de commentaires car vous n'êtes pas connecté.

S'enregistrer      Se connecter


Informations légales     Nous contacter     Publicité / Annonceurs     L'équipe Xbox360france
 


Recherche avancée
Fiche du jeu
Need For Speed Most Wanted (Criterion)

Editeur :
Electronic Arts

Développeur :
Criterion Studios

Jeu disponible

Site officiel :
ici

Démo(s) :
Démo solo

Note :   7.5/10     Lire le test

Note des membres :   ??/10
Soyez le premier à tester ce jeu : cliquez ici

Voir la fiche complète du jeu
Tournois Sport Ladders 360
·  [360] MW2 R&D T3 H #477
·  [360] BO II Team R&D N #476
·  [360] BO I Team R&D H #475
·  [360] BO II Team R&D H #474
·  [360] AW Team R&D eSport N #473
·  [360] AW Team R&D eSport H #472
·  [PS4] AW Team R&D eSport N #471
·  [PS4] AW Team R&D eSport H #470
·  [ONE] AW Team R&D eSport N #469
·  [ONE] AW Team R&D eSport H #468
Sondage
En attente prochain sondage

 
Sondages
En direct du Forum
> Mes Vidéotests by Asa
> [TUTO] Aide au dépannage
> The Best Xbox One
> [Tuto] xbox live 360 avec livebox i...
> [Topic Unique] Far Cry 3
> Achat Xbox One ?
> The best Xbox 360
> Site à l'abandon ?

Nos partenaires
> Culture G : Régie Publicitaire
> Sport Ladders 360
> Xbox.com
> AssassinsCreed.FR
> Play3-Live
> Xbox Gamer
> Xbox-Mag.net
> Selecjeux
> Trailer4Game
> Tshirt Maout
> 360Only
> GameHope
> GAMERADIO
> JeuxCherche
> JVNews.fr
> Next Nintendo
> SEGA Mag
> shmupemall.com
> SUXBOX
> Xenon-360

Partenaires
Publicité
 
 
© 2005-2014  Xbox360France - Tous droits réservés